Après la Fin | RPG |
Ne sois plus un simple observateur, ne sois plus inactif : rejoins une caste et bats-toi pour sauver ta peau !

Le jeu n'attend que toi !


Un seul but : survivre !
 
PortailPortail  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Nous vous souhaitons à tous une bonne année 2043 environs ! Essayez de rester en vie jusqu'à la prochaine !
Venez manger un bout de Rat'sBurger dans notre Mc Destroy ! Ça ne coûte rien, et c'est réservé aux punks !
Révolte ! Rejoignez PETER ! Les Administrateurs doivent payer ! Nous leur arracherons notre bonheur à coups de revendications sanglantes !
Gangsta vend moteur de voiture BMW. Pour plus d'infos, contactez Joe. Payable en came.
"C'est incroyable ce que veut PETER !" a hurlé Cho'Ko lors de son discours, "Ils réclament de l'impossible alors que nous venons à peine de sauver AlF !"
Le 25 décembre, un lieu où un certain nombre de mutants s'étaient réfugiés a été réduit en cendres. Impossible de vérifier si les mutants étaient déjà morts avant l'incendie. Qui a bien pu commettre une telle atrocité ?
Cherche refuge. Peut endormir vos enfants par la pensée en quelques secondes pour plusieurs heures.
LSN s'est une fois de plus exclamé que PETER était une révolte en carton, et que les administrateurs ne maltraitaient aucunement les membres. "Si ils veulent la guerre, qu'ils aillent tuer du kikoolol et nous laissent tranquilles."
J'sais pas qui est l'bâtard de punk qui a buté mon frère, mais je te retrouverai 'culé ! A.
Janus, fondateur de PETER, a annoncé que des mesures radicales seraient prises contre ces administrateurs qui ont immobilisé le forum pendant plusieurs mois. La révolte est en marche, mais elle marche peut-être trop vite.

Partagez
 

 Un nouveau départ

Aller en bas 
AuteurMessage
20cent

20cent

Masculin
Nombre de messages : 6
Age : 29
Date d'inscription : 25/01/2010

Feuille de personnage
Personnage: Tony Ice
Caste: Gangsta

Un nouveau départ Empty
MessageSujet: Un nouveau départ   Un nouveau départ EmptyJeu 28 Jan - 12:59

Beaucoup de choses s'étaient passées depuis la malheureuse histoire de Tony, et sa vie n'avait pas grandement changer si ce n'est que sa tristesse le rendait de plus en plus impitoyable et lui avait permis de monter des échelons dans ce que l'on appelle chez lui la "voyoucratie". Ce système n'était autre qu'une façon de différencier les nombreux grades s'étant installés dans la rue. Il s'était hissé parmi les plus grands sans faire de cadeaux à ses prédécesseurs. Il faisait désormais partie d'un gang et il en était chef incontesté. Beaucoup de rumeurs avaient circuler à son égard, disant qu'il tuait avec un sang-froid hors du commun et que la façon de reconnaître ses crimes était de regarder le corps de sa victime, il projetait après chaque crime commis une trainée de cocaïne sur la corps de la victime. Ces deux faits lui valurent le surnom de "Ice".

Du haut de sa tour, il observait les alentours avec un cigare à la bouche. Le cigare provoquait une fumée épaisse qui remplissait toute la pièce de son odeur prenante, il était accompagné de quelques hommes qui jouaient au poker à quelques mètres de lui buvant, fumant et rigolant à tue-tête. Ils étaient tous fier de suivre la route que se traçait Tony, un peu trop même et Tony savait que cela les mèneraient à leurs pertes. Les alentours n'étaient que chaos et désolation, les pauvres mendiait à des plus pauvres qu'eux et les aides organisée par les oeuvres de charités étaient bonder de monde. Du coté de Tony, sa vie se passait plutôt bien, deal et autres braquages lui permettait de vivre aisément et de nourrir son entourage. Beaucoup de filles trainaient autour de Tony pour son argent et sa notoriété vis à vis des autres, mais elles n'intéressaient pas Tony pour une raison inconnue du reste du monde. Tony plongea sa main dans la manche de l'autre bras et en sortit un couteau papillon. Il le fit virevolter à tout va, cet acte montrait aux autres qu'un coup se préparait... Tony réfléchissait...


- Kool! À quand remonte la dernière attaque des punks?

- Trois mois Tony

- C'est bien c'que j'pensais, ils préparent quelque chose... N'laissez rien au hasard, derrière leurs têtes ridicule il y a un cerveau...

- Ok Tony on s'en occupe...


Les quatre hommes arrêtèrent leurs partie de poker et partirent vers une direction inconnue, sûrement vers les entrées du bâtiment. Tony s'écarta de la fenêtre et partit s'asseoir sur un fauteuil quelconque.

* Il m'faut des renforts, il faut s'allier à quelqu'un au plus vite, j'suis trop vulnérable avec mon crew... *

Tony se laissa emporter par ses pensées alors que le claquement de son couteau résonnait dans toute la pièce...
Revenir en haut Aller en bas
Janus

Janus

Masculin
Nombre de messages : 168
Age : 29
Date d'inscription : 21/01/2009

Feuille de personnage
Personnage: Remizov Del Horta
Caste: Fou

Un nouveau départ Empty
MessageSujet: Re: Un nouveau départ   Un nouveau départ EmptyVen 29 Jan - 2:03

Prévisibles, vraiment très prévisibles… Voila dix bonnes minutes que deux ganstas croyaient traîner de force un chevelu portant un grand manteau gris.
Comme il s’en doutait, Remizov avait manipulé ses idiots avec une facilité déconcertante. Il lui avait suffit d’emprunter quelques souterrain pour arriver incognito en plein banlieue puis d’aller saluer amicalement ces braves gens qui se croyaient maître des lieux. Et comme prévu, sans même qu’il n’ait à leur demander, ils l’escortaient vers leur chef.
Le plus grand des deux lui tenais fermement un bras tout en le menaçant d’une arme à feu. Situation absolument absurde qui amusait beaucoup le scientifique, malgré sa carrure l’homme avait besoin d’une arme pour se faire respecter. Mais par respect pour ses nouveaux amis il se retint de rire, il doutait que leur manque d’intellect était compensé par une successibilité hors norme. Pour les mêmes raisons, il n’insulta pas l’autre qui s’amusait à marcher avec sa canne tel un pseudo-gentleman.

L’immeuble qu’il souhaitait visiter était en vu, et du haut d’une fenêtre une homme observais l’horizon. Ce n’était pas la première fois que le Pr. Del Horta voyais le dénommé Tony, mais revoir son visage joufflu alors même qu’il était sur le point de lui faire une blague l’amusais au plus haut point. Aussitôt, il l’imagina exprimant plusieurs sentiments, les traits de son visage amplifiés par ses rondeurs forment des grimaces suffisamment grotesques pour que le Remizov ne puisse plus contenir sa crise de rire. Visiblement ses guides étaient surpris de sa réaction, ils n’avaient sans doute jamais vu un touriste exprimer sa joie de la sorte face à magnificence architecturale des structures ayant résistées au bombardement. Le premier à réagir fut celui qui lui avait confisquer ses armes en lui criant dessus sans raison apparente. Sans nul doute était-il jaloux de ne pas pouvoir l’imiter, limiter par l’interdiction de son boss de rire devant les client, c’était mauvais pour les affaires. Quand au gros à l’imagination limiter imita son comparse en répétant de tant en temps ces phrases.
Au même moment quatre agents de sécurités sortirent du bâtiment pour échanger quelques mots avec ses guides. Finalement le clan Tony était bien plus organisé que ce qu’il le croyait puisque une procédure de comportement face à l’inattendu avait été mit en place. Bien sur, qu’il faille quatre experts pour raisonner seulement deux personnes montrait que le système avait encore besoin d’être amélioré, mais au moins il semblait efficace. Après une bref discutions, ses deux nouveaux camarades étaient finalement prêts à le conduire vers leur patron sans plus attendre.
Revenir en haut Aller en bas
20cent

20cent

Masculin
Nombre de messages : 6
Age : 29
Date d'inscription : 25/01/2010

Feuille de personnage
Personnage: Tony Ice
Caste: Gangsta

Un nouveau départ Empty
MessageSujet: Re: Un nouveau départ   Un nouveau départ EmptySam 30 Jan - 13:12

Tony s'était assis dans son fauteuil toujours en train de se défouler sur son couteau quand soudain, deux des hommes à Tony arrivèrent dans la salle "aquarium" trainant un homme plutôt... Etrange. Il était habillé de façon à passer inaperçu, il ressemblait vaguement aux divers SDF qui trainaient dans les rues, il devait de par ce fait être relativement inoffensif. Tony se leva de sur son fauteuil, se mit face aux trois personnes à environ 5 mètres de distance, prit une grosse "taffe" sur son cigare et recracha le tout en l'air ce qui forma un nuage encore plus conséquent dans la pièce qui empestait le cigare.

Tony: - Pourquoi m'ramener un clodo' ici? Qu'est-ce-que vous voulez qu'j'en foute?

Garde 1: Il était sur ton territoire Tony!

Garde 2: Et il était armé!

Tony: La moitié de la ville est armée... Tony orienta son regard vers le "clochard" et lui adressa la parole. - Qu'est-ce-que tu cherchais? Y a rien ici pour toi... À moins que t'ai de la tune et que tu souhaite monter au septième ciel pour oublier les misères que ce monde ait pu te faire, dans ces cas-là j'ai tout ce qu'il faut pour toi...

Tony avait un petit sourire en coin, il allait peut-être gagner sa journée. Une idée lui traversa l'esprit, cet homme semblait très discret à première vue, le faire travailler pour lui lui permettrait de fournir les punks, ils ne se serait jamais douter qu'un mec pareil aurait travailler pour Tony et tout ça ferait agrandir son empire. Mais il fallait qu'il décrypte son esprit avant toute chose, il fallait donc le laisser s'exprimer...
Revenir en haut Aller en bas
Janus

Janus

Masculin
Nombre de messages : 168
Age : 29
Date d'inscription : 21/01/2009

Feuille de personnage
Personnage: Remizov Del Horta
Caste: Fou

Un nouveau départ Empty
MessageSujet: Re: Un nouveau départ   Un nouveau départ EmptySam 30 Jan - 22:31



Plus ils montaient dans le bâtiment et plus la pestilentielle odeur irritait Remizov, mais ses guides ne semblaient pas s’en soucier. Ils n’avaient d’ailleurs pas pris la peine de lui faire visiter les étages inférieurs, direct à l’essentiel !
Encore un escalier, un petit couloir, plus qu’une porte à pousser, et aux yeux des touristes ébahis se dévoile la pièce maîtresse, entouré d’un « halo de fumer » lui conférant une aura mystique. Mais si le simple visiteur ne pouvait que difficilement détacher son regard du maître des lieux, l’ancien scientifique ne cessait de fixer le cigare qu’il avait entre les mains. Il avait une irrésistible envie de lui tirer dessus avec son arme bactériologique, mais malheureusement le virus n’avait aucun effet sur les simples objets. Puis se rappellent qu’on lui avait confisqué son arme il tourna la tête vers son possesseur. Le gansta en question le fixait semblant attendre une réponse. Était-il possible qu’il ait eu la même idée que lui et qu’il lui demandait mentalement comment utiliser l’arme ? Non, l’arme à feu était vraiment une mauvaise idée, il ne fallait pas gâcher les seringues, des droguer risquerais de les voler pour d’autres utilisations. Par contre attaquer avec la canne était une meilleure idée. À défauts de tuer le cigare, cela pourrait l’éteindre. L’ancien scientifique regarda droit dans les yeux de son nouvel ami pour lui transmettre cette idée, mais il ne semblait rien recevoir.


-Ma canne !

Le guide écarquilla les yeux ne comprenant rien. Le message était pourtant clair ! Au même moment le plus grand des guides relâchât la pression sur son bras. Lui aussi semblait perdu, comme s’il hésitait sur la procédure à suivre. Devait-il conduire son client autre part ou bien le laisser visiter les lieux à sa guise ? Ils étaient décidément bien mauvais pour improviser dès que la situation s’écartait de leur routine habituelle.
L’odeur acre du tabac continuait à envahir ses narines, et il fusilla le coupable du regard en signe de représailles. Il était tenu par une main, grosse. Elle-même à rattacher à un corps tout aussi gros. Surmonter d’une grosse tête ronde. Tony Ice, chef gansta. Le personnage affalé dans son fauteuil le fit penser à un énorme morse. Mais à un morse sans ses dents, ce qui le faisait davantage ressembler à un lion de mer. Or il est de notoriété public que les félins sont de piètre nageur, « lion de mer » était donc un nom totalement ridicule pour des animaux marins. C’était d’ailleurs si paradoxal que cela en était drôle. À cet instant précis il large sourire se dessinais sur le visage du visiteur. Si on ne pouvait dire s’il était dû à une joie intense ou aux effets secondaires d’une substance hallucinogène quelconque il semblait évident que l’ancien scientifique n’exprimait pas l’inquiétude à laquelle on aurait pu s’attendre dans une telle situation.
Le morse semblait attendre quelque chose. Lui avait-il posé une question qu’il n’avait pas entendu ? Il lui semblait avoir entendu parler de tune. Oui, c’était ça, Tony voulait savoir comment réaliser un tunage !


-Oui, oui je sais, il faut du bois. Et ça protège des inondations, c’est pratique ! Par contre ça ne protège pas des punks, ah non, ils vont me la casser, ça ne suffira pas. Ils me poursuivent et j’ai besoin d’aide. Pas pour faire le tunage, je suis sûr que ça ne marchera pas, oh non, pas du tout. J’ai besoin d’autre chose qu’un barrage.

Sans prêter attentions aux éventuelles remarques, Remizov fit un brusque mouvement pour se libérer de son étreinte et arracha sa canne des mains du gansta avant d’en caresser amoureusement le renard d’argent du pommeau. Puis il enchaîna comme si rien ne s’était passé.

-Non, ils me poursuivent et la tune ne suffit pas à les tenir. On m’a dit que Tony connaissait un expert pour barricader les punks. D’ailleurs je trouve les barrages plus jolis que les immeubles en ruine, mais la visite était sympa.
Revenir en haut Aller en bas
ZonZon

ZonZon

Nombre de messages : 6
Date d'inscription : 27/01/2010

Feuille de personnage
Personnage: Curtis Banks
Caste: Gangsta

Un nouveau départ Empty
MessageSujet: Re: Un nouveau départ   Un nouveau départ EmptyVen 5 Fév - 20:00

Nous nous étions vu confiés une mission des plus banales en ces temps, quadriller un quartier de la ville afin de rechercher de potentiels survivants susceptibles de nous suivre. En somme, nous étions à la recherche de vies humaines pouvant être sauvées. Le quartier général avait été clair sur l'ordre, récupérer les survivants qui le souhaitent, et éliminer la résistance.
Pour cette mission, le choix de l'équipement avait été confié à nos soins, n'étant pas une mission considéré à haut risque, nous avions le choix. Pour ma part, j'avais opté pour un durag au lieu d'un casque, la chaleur et l'habitude étaient les principales conséquences. Un gilet pare-balles, évidemment. Deux pistolets, un USP dit Expert, et un Glock 17, rangés dans leur étuis respectifs situés sous mes aisselles, contres mes côtes. Pour l'arme principale, j'avais plutôt pensé à une arme assez légère et précise. J'avais donc opté pour un FN SCAR MK16, arme légère, d'une précision redoutable, et qui plus est, que je maniais presque à la perfection, certains disaient même que cette arme avait été crée pour moi. De quoi communiquer entre nous et le QG, et la mission pouvait démarrer.
Nous avions étés héliporté sur la zone d'extraction. La mission venait de commencer. Nous marchions en formation linéaire, moi fermant la formation. Nous tournions alors sur South Street, un des plus beau boulevard de la ville s'offrait à nous, du moins, ce fut l'un des plus beau, maintenant, ce n'était plus qu'un tas de poussières, de déchets, de plaques de goudrons fissurés et autres débris en tout genre. Nous enjambions les obstacles avec aisance, après tout, c'était notre métier. Nous arrivions désormais à un carrefour, à droite, la route semblait menait à un cimetière, du moins, c'est ce que je déduisis grâce à la grande croix visible. A gauche, des restes d'immeubles étaient bien visibles. Derrière nous, et bien, le boulevard, devant, la route continuait droite, elle semblait finir sur un bâtiment assez important, c'était enfaite le stade.
Nous devions nous trouver des survivants, les immeubles, du moins ce qu'il en restait, étaient l'endroit le plus propice. Nous tournions alors à gauche, nous avancions, soulevant la poussière derrière nos pas. La silhouette de la croix avait disparu, et l'ombre du stade disparaissait elle aussi derrière les différents immeubles de la rue. Nous avancions avec discrétion, ne voulant pas effrayer les quelques survivants. Mais, dans le silence qui régnait, des bruits de pas se firent entendre, à l'oreille, ils devaient s'agir d'humain, mais en bon nombre, au son, ils devaient être une dizaine.
Deux arrivèrent en face, armes à la main, nous menaçant, le soldat qui était devant la formation tira à deux reprise, couchant les deux corps. Mais le silence ne cessa pas, un autre sauta par dessus le mur sur lequel nous étions, fracassant le crâne d'un soldat à coup de masse, il eut juste le temps de tuer un des notre, maintenant, il gisait sur le sol. Deux autres firent pareils, ceux-ci firent arrêtés dans les airs. Les autres couraient derrière nous, le soldat à côté de moi se prit un projectile dans la jambe.
Le chef de l'escouade nous ordonna alors de bouger, nous devions nous abriter dans un de ces immeubles, afin d'assurer une couverture, des tirs de suppression étaient obligatoire. Ce que je fis avec l'arme au sol du défunt, en courant, je la jetai ensuite, et courus à toute vitesse vers mes coéquipiers, mais des bruits de moteurs se firent alors entendre...
En effet, deux motos foncèrent à toute vitesse sur notre position, et un des types à pied ramassa l'arme que j'avais jetée précédemment, et nous fusilla, un des notre tomba, il était mort, ou du moins, nous ne pouvions pas le sauver. Le chef avait le blessé avec lui, il l'aidait à marcher, de ce fait, nous étions un peu lent, mais je pris les devant, soulevant la jambe blessée, nous pouvions courir plus vite.
Les motos elles ne cessèrent de rouler, elles étaient maintenant vers nous, le chef de l'escouade me confia alors le blessé. Il se retourna et assura notre couverture. Mettant fin à la vie d'un des motards, l'autre en revanche, était maintenant sur notre position, et décapita le marines à l'aide d'une sorte de chaine. Ces hommes... Coiffés d'iroquois, ou le crâne tatoués de tête de mort, des punks... Je n'aimais déjà pas cela dans la vie d'avant, mais maintenant qu'ils me chassaient, je les détestais davantage.
Nous étions plus que deux, moi, et le blessé, je l'aidais à courir, et lui, il tirait derrière nous, mais un autre projectile le toucha au niveau des poumons. Nous nous allongions derrière une sorte de tas de gravas d'immeuble. La moto fonçait de nouveau sur nous, les chances de rester en vie étaient minimes, quasi nuls... Mais par miracle, le motard tomba en arrière, la moto elle se fracassa contre un mur. Qui avait tuer ce motard ? D'où venait cette aide ? Je ne savais rien de cela...
Mon équipier crachait du sang sur mes affaires, les poumons étaient troués, et sa respiration diminuée peu à peu, le sang avait immaculé son veston, et il ne cessa de cracher de l'hémoglobine, il essayait de me dire quelque chose. Je rapprochais alors mon oreille de sa bouche, espérant capter un mot, il cracha alors sur mon visage, j'avais moi aussi du sang partout, mais ce n'était pas le mien. Je pus discerner un mot parmi tout ces crachats... « Merci ». Pourquoi m'avait-il dit ça ? Je ne pouvais rien faire pour le sauver !
Les punks repartir, du moins, je n'entendais plus de bruits... Mais cela ne dura pas longtemps, les bruits refirent surface, mais ce coup-ci, de la position opposée à tout à l'heure, de derrière moi... J'avais mon équipier sur les genoux, il avait rendu l'âme... Pourquoi fallait-il que je reste en vie ? Je ne pouvais pas le savoir, mais apparemment, quelqu'un ne voulait pas ma mort... Pas tout de suite en tout cas.
Les bruits étaient tout proches, même derrière moi av vrai dire, je tournai la tête, et vis des hommes vêtus de casquettes type américain, de baggy, des large t-shirt... Pourquoi ne m'avait-il pas tué ? Mon durag m'avait certainement sauvé la vie. Il prirent alors le cadavre de mon équipier, et l'emmenèrent d'où il venaient, puis, il me soulevèrent, je devais les suivre, je m'exécutas. Je n'avais pas vraiment le choix, et ces hommes m'avaient sauvé la vie.
Nous étions désormais devant un immeuble, moins détruit que les autres, avant de rentrer, ils me désarmèrent, ils enlevèrent tout, les deux couteaux, mon SCAR, ainsi que mes deux flingues. Puis nous pénétrèrent dans le bâtiment, montant les escalier, nous arrivâmes dans une salle où d'autres personnes étaient présentes, ils n'étaient donc pas seuls... Un homme avait l'air de dominer la pièce, il était devant un gros fauteuil, alors que les autres étaient juste debout. En revanche, un autre homme était lui aussi entouré par deux hommes, avait-il était sauvé lui aussi ? Dans tout les cas, les hommes qui m'avaient amené ici me lâchèrent une fois dans salle et prirent la paroles.

Garde : Tony, on a entendus des coups d'feu, on a rappliquer, et les putains de punks étaient en train de flinguer se type et sa bande, j'crois il est militaire.

Garde 2 : Ouais, mais son durag c'pas normal ça, t'façon, son équipe s'est fait buter, il reste plus que lui, et putain c'qui l'est armé l'enculé !

Je restais debout, sans parler, j'attendais qu'on me l'a donne, je regardais ce gars là, celui qui semblait dominer, il était le chef des lieux apparemment...
Revenir en haut Aller en bas
20cent

20cent

Masculin
Nombre de messages : 6
Age : 29
Date d'inscription : 25/01/2010

Feuille de personnage
Personnage: Tony Ice
Caste: Gangsta

Un nouveau départ Empty
MessageSujet: Re: Un nouveau départ   Un nouveau départ EmptyDim 7 Fév - 3:06

Tony était face à Janus, plus il le regardait plus il se disait qu'il ne pouvait que lui apporter des emmerdes. Il commença à divaguer et à donner une définition autre que celle du sujet au mot "thune". En d'autres termes un homme plutôt étrange se trouvait face à l'homme que l'on surnommait Ice. Il évoqua ensuite le fait d'être poursuivit par des punks et qu'il souhaitait du refuge. Tony le fixa, enleva son cigare de sa bouche et prit la parole

- Si j'ai bien compris, tu avais calculé ta présence ici, ainsi le fait que mes hommes te trouvent et t'amènent jusque cette salle. Astucieux, audacieux... Si tu es aussi calculateur trêve de bavardages inutiles. Dis-moi la vraie raison de ta présence ici, tu n'aurais pas élaborer un stratagème pour me rencontrer si tu n'avais rien derrière la tête...

Cet homme intriguait Tony autant qu'il le repoussait. Il lui inspirait du dégout comme du mystère, un sentiment étrange. Il s'efforçait de ne rien montrer de tout ça afin de ne laisser aucun avantage à Janus. Soudain, Deux des gardes de Tony arrivèrent, décidément, c'était la cavalcade aujourd'hui. Lui et son équipe avaient été prit d'assaut par les punks et réduit au silence. Il ne restait, d'après les gardes, que lui comme survivant aussi bien du coté punks que de son groupe.

- Il n'y a aucun témoin?

- Non Tony.

- Bien... Excuse-moi, mais comme tu peux le voir je suis en entretien...


Tony regarda l'homme de haut en bas

- Ne lui rendez aucune de ses armes pour le moment s'il-vous-plait, nous verrons plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
Luap

Luap

Masculin
Nombre de messages : 43
Age : 24
Date d'inscription : 30/05/2009

Feuille de personnage
Personnage: R. El Jugador
Caste: Punk

Un nouveau départ Empty
MessageSujet: Re: Un nouveau départ   Un nouveau départ EmptyMer 17 Fév - 17:56

Une nuit avait passé depuis que El Jugador avait quitté sa tanière, il avait eu l’occasion de faire maintes découvertes :
il avait d’abord était surpris de voir que la ville était beaucoup plus vaste que ce qu’il le pensait en se rendant compte que ce qu’il appelait la veille « l’axe principal » n’était juste un boulevard parmi tant d’autre.
Il avait découvert l’étendue de la ville en allant se promener sur un toit (qui demeurait pour lui le meilleur point d’observation) pas sur un de ces immeubles immenses des quartiers d’affaires (le tueur avait déjà traîné par là-bas, et il n’était pas presser d’y retourner), mais sur un simple immeuble autrefois habité, il avait put entrer dans le hall car la porte cochère avait été explosé par un obus au moment de la guerre. Il avait longuement hésité entre rester dans le centre à la recherche de confrère punk à qui il aurait put porter soutien, ou à aller tracer sa propre voie aux quatre coins de la ville, il avait finalement était tenté par les immenses tours grises et mornes se dressant à l’horizon qu’il savait en territoire gangsta.
Il s’était remit en route sans trop s’arrêter, il avait d’abord emprunté les grandes artères de la ville où il avait put voir que des gens tentaient encore de vivre normalement en traversant sur les passages piétons, ce genre de détail qui appartenait pour lui à l’ancien temps, et heureusement. Plus il marchait, plus sa faim criminelle refaisait surface, mais s’éloignant petit à petit du centre de la ville, la population et les proies se faisaient plus rare.

Il avait été troublé de remarquer un tel contraste entre les zones encore occupées par des gens qui semblaient toujours croire aux valeurs d’hier et celles abandonnées : certains lotissements était complètement réduis en cendre, des voitures retournées, etc.
Bientôt, le paysage se fit encore plus glauque, R. fit directement le rapprochement avec l’arrivée en territoire gangsta : des tags écrits dans des anglais maladroits criaient les valeurs de tel gang ou de tel boss, tandis que d’autres insultait simplement l’éventuel lecteur.
El Jugador n’aimait pas particulièrement les punks, mais avait des points commun avec eux comme les goûts musicaux ou l’orientation anarchiste de sa politique, ou même l’envie d’être libre de saccager sans rien demander à personne, mais ce qu’il savait pertinemment, c’est qu’il n’appréciait pas les gangstas.
Il trouvait ridicule leurs habits, leurs tics de langages, mais c’est chose là n’était pas suffisantes pour alimenter sa haine, ce qu’il méprisait plus que tout, c’était leurs désirs de tout contrôler, leurs comportement de loup qui poussait au pillage, à l’intimidation, et ce même pas pour l’amusement, juste pour une valeur elle aussi révolu : le respect.

Il traversa une autoroute déserte, ou des voitures avaient été délaissées tout du long, rouillées et broyées, probablement datant de l’époque où la ville avait été victime du ravage de la guerre. El Jugador n’avait pas vus la nuit tombée, mais il faisait désormais noir autour de lui, cela n’avait aucune importance pour lui du moment qu’il n’avait pas besoin d’épier ou d’observer.
Une fois l’autoroute passée, le paysage était toujours plus sauvage, E l Jugador compris qu’il était arrivé dans les « banlieues en difficultés » dont parlait les journaux de son enfance. La végétation dévorait complètement les immeubles déserts, et les habitations encore occupées étaient recouvertes de planches de bois cherchant à protéger les habitants du monde extérieur. Il traversa une place qui devait autrefois être un centre commercial souterrain, mais dont le dôme avait été arraché.
Une odeur de marijuana lui titillait les narines, et il les vit arriver : Trois gangstas blacks, les yeux rougies par les joints, ils portaient des vestes de survêtement aux couleurs repoussante sur lesquelles étaient brodées en caractère -qui n’était pas sans rappeler à l’Espagnol le rap minable de son enfance, le nom « TONY ICE ». Les arrivants ne le montraient pas, mais El Jugador les savait armés, le plus proche de lui prit la parole.

Wesh ma couille, bien ou bien ?

Les autres explosèrent d’un rire déformé par la drogue, El Jugador ne se sentit pas humilier comme l’aurait souhaiter les hommes se tenant face à lui, il avait juste faim, très faim…

Tu veux de la beuh, de la co…

Le leader des trois gangstas n’eu pas le temps de terminer sa phrase, El Jugador sortit de sa manche un couteau compact et aiguisé, se rapprocha de lui et lui trancha la gorge à une vitesse impressionnante.
Les deux autres arrêtèrent de rire, et sortirent des pistoles automatiques des poches arrières de leurs baggys. R. sourit, il pouvait satisfaire son appétit, il fondit sur les deux fumeurs et les décapita tous deux du même mouvement circulaire. Ils tombèrent net sur le sol.
El Jugador nettoya sa lame, et la rangea avec un sourire satisfait au coin des lèvres, il était maintenant rassasié, et pouvait aller se coucher. Il continua son périple dans la ville morte et franchit les grilles d’un parc.
Il traversa le parc par le sentier tracé passant près de crevasses qui devaient autrefois contenir de l’eau, il arriva sur une petite colline artificielle d’où il put avoir une vue relativement d’ensemble : le parc grouillait de gangstas occupés à dealer, violer ou à fumer, les environs du parc étaient remplis de tours plus massives les unes que les autres, des champs et des champs de tours, où la plupart des lumières étaient éteintes.
Il balaya tout le périmètre du regard et son attention se stoppa sur une tour lointaine où sur laquelle des lettres de néons violets inscrivaient encore ce nom « TONY ICE ».
El Jugador connaissait désormais sa destination.








[HRP: Désolé pour les pauvres clichés. ^^ ]
Revenir en haut Aller en bas
Janus

Janus

Masculin
Nombre de messages : 168
Age : 29
Date d'inscription : 21/01/2009

Feuille de personnage
Personnage: Remizov Del Horta
Caste: Fou

Un nouveau départ Empty
MessageSujet: Re: Un nouveau départ   Un nouveau départ EmptyLun 22 Fév - 0:04

L’ancien scientifique avait vraiment apprécié la visite. Bien sur cela n’avait rien à voir avec les équipements faramineux de certains laboratoires ou il avait travaillé, mais les temps change. Et puis, il fallait avouer que les endroits les plus modestes avaient un charme particulier. La rencontre avec le morse affaler avait été des plus étonnantes, mais maintenant il voulait voir autre chose. Mais les gardes ne semblaient pas faire mine de vouloir le conduire autre part, ils semblaient attendre quelques chose.
Soudain, le morse bougea : il porta une main a ses lèvres et enleva son cigare. Allais t’il le jeter ? Peut être venais t’il se rendre compte de son erreur et allais se mettre à genoux pour s’excuser d’avoir polluer la pièce, cela serait marrant. Mais étrangement il ne semblait pas décider à l’éteindre, il laissait son tabac brûler seul continuant à répandre son odeur nauséabonde tout en le fixant. Il le provoquait !


-Dis-moi la vraie raison de ta présence ici, tu n'aurais pas élaborer un stratagème pour me rencontrer si tu n'avais rien derrière la tête...

Finalement le gros n’était pas aussi stupide que ce qu’il l’avait cru. Il avait tout de suite compris à quel point son tabac le dérangeait et n’était pas près à l’éteindre. Il avait pousser le vice jusqu’à lui faire croire qu’il se mettrais à genoux, quel fourberie, quel menteur !
Remizov fixait le cigare, un si petit objet, mais si désagréable. La vue de cette immondice faisait germer d’innombrables idées dans son esprit, de supplices subtiles et cinglant. Oh oui, il en avait l’habitude, des cigarettes qui colorais le teint à celles qui endormais le fumeur, et toutes celles pleines de surprise à l’allumage. Mais Tony méritait quelque chose de plus créatif, il le provoquait et osait le faire venir dans une pièce enfumée, oh oui, il méritait mieux!


La porte s’ouvrir derrière lui et un nouveau visiteur arrivais avec de nouveaux guides. L’organisation laissait vraiment à désirer, ils n’étaient même pas capables de s’arranger pour éviter que deux touristes se retrouvent au même endroit au même moment. Mais cet intrusion venais de rappeler au scientifique ou il était et ce qu’il voulais. Le cigare pouvait encore attendre. L’ancien scientifique se mit à marcher a travers la pièce avec sa canne en le fixant, Tony cette fois, pas le cigare. Ses paroles étaient ponctuée de petites rires qui exprimaient une certaine gène. Où peut être une satisfaction. A moins que ce ne sois simplement l’humour d’une personne qui n’arrive à ce retenir avant de raconter la chute d’une blague, sauf bien sur s’il s’agit du rire de celui qui tente de tromper sa peur. A vrai dire ces ricanements étaient assez indéfinissables, à chaque seconde on pouvait les interpréter différemment. Mais ce qui est sur c’est que cela donnais une dimension plutôt « perturbante » à son discours.


-Ah oui, les ganstas… Je sais que vous n’aimez pas les punk, vous vous battez souvent contre eux, oui ça laisse des traces, les rues le savent. Mais vous ne rendez pas services gratuitement, oh non, que non que non. Si vous avez l’occasion d’éliminer des punks facilement vous n’hésiterez pas, mais si quelqu’un vous demande de le faire il vous faudra quelques chose en échange, oui, c’est ça…

L’homme au manteau gris s’arrêtait face eu chef gansta, sa canne immobile face à lui, formant un triangle isocèle avec ses pieds. Le pommeau à tête de renard était recouvert par sa main droite, elle-même recouverte par la gauche, et elles même ponctuer de petit tremblement qui pouvaient tout aussi bien indiquer une inquiétude qu’une excitation. Un peu plus haut, des cheveux sales masquaient en partie ses yeux qui fixaient intensément l’homme en face de lui, un regard intense, mais tout aussi indéfinissable que son rire. Sur son visage perlais une fine transpiration, associé aux tremblements et à la chevelure désordonner pouvant le faire passer pour un droguer. Mais malgré tout cela son allure, et surtout l’énergie de son regard dégageaient un certain charisme, une lucidité transcendante emmenait du personnage.

-Mr Ice, que demander vous en échange de l’extermination d’un groupe de punk ?
Revenir en haut Aller en bas
ZonZon

ZonZon

Nombre de messages : 6
Date d'inscription : 27/01/2010

Feuille de personnage
Personnage: Curtis Banks
Caste: Gangsta

Un nouveau départ Empty
MessageSujet: Re: Un nouveau départ   Un nouveau départ EmptyMar 23 Fév - 20:27

Deux hommes m'escortèrent vers le haut de la tour, ils étaient chacun d'un coté de moi, l'un devant, et l'autre derrière. Ils m'escortaient sans vraiment se soucier de moi, et j'aimais cela. Bon certes, ils m'avaient retiré mes armes; mais après tout, cela rester une chose normal, la sécurité avant tout. Tout cela ne me gênais pas, tant qu'ils ne me cherchaient pas de noises, je n'avais rien à leur dire, et je restais calme. Enfaite, j'étais pas vraiment calme, j'étais plutôt triste, je venais de perdre toute mon équipe, dont un d'eux dans mes bras, j'avais mon uniforme militaire taché de sang. Il était noir, mais les tâches pourpres recouvraient les manches, et l'odeur nauséabonde du sang ne me plaisais pas trop.
Quoi qu'il en était, j'essayais de me faire assez discret, j'étais en terrain inconnu, face à des hommes, dont la force non négligeable, qui étaient eux aussi inconnus à mes yeux. Ils me firent entrer dans une salle infesté par l'odeur du cigare. Un homme était assis en face de l'entrée, d'autres étaient autour de lui. Un autre, différent des personnes présentes, semblait lui aussi avoir était conduit ici. Il discutait, si on pouvait appeler cela une discussion, ils négociaient avec l'homme assis. Les deux hommes qui m'accompagnaient prirent la parole afin de m'annoncer aux personnes présentent, mais l'homme au cigare semblait m'ignorer. La seule consigne qu'il avait donné aux hommes était de ne pas me rendre mes armes... Ils continuaient, lui et l'autre, à parler, mais cela devait cesser.

Euuh, ça va durer longtemps votre discu' là ?
Sinon, j'me taille !


Je ne savais pas ce que je faisais là, enfin si, ils m'avaient sans doute sauvé la vie, mais pourquoi m'avoir conduit jusque dans cette salle ? La question restait en suspens, ils devaient avoir une bonne raison... Mais laquelle ?
Revenir en haut Aller en bas
20cent

20cent

Masculin
Nombre de messages : 6
Age : 29
Date d'inscription : 25/01/2010

Feuille de personnage
Personnage: Tony Ice
Caste: Gangsta

Un nouveau départ Empty
MessageSujet: Re: Un nouveau départ   Un nouveau départ EmptyMar 9 Mar - 17:50

[ Désolé du retard, petit problèmes mais résolus à présent ^^ ]

Tony continuait a fixer l'homme un peu dérangé qui s'était présenté à lui. Il ne disait rien de ce qu'il était venu faire ici tournant et tournant autour du pot ce qui avait le don de déranger Tony. Il se contentait de garder son calme et d'afficher un regard sûr de lui, il ne pouvait perdre la face devant quelqu'un, son statut l'en empêchait... Son égo également.

- La vraie question clochard c'est qu'est-ce-que tu as à m'offrir en l'échange d'extermination de punks. Je doute que tu ai les fonds nécessaire pour faire accomplir une quelconque tâche à mes hommes. Si tel est le cas, tu sera bien gentil de quitter les lieux au lieu de me faire perdre mon temps. J'ai à m'entretenir avec mon jeune ami soldat à l'entrée. Il semble pressé... Bien qu'il ne sache pas ce qui l'attend pour le moment.

Tony fit un signe de tête à ses deux gardes qui s'éloignèrent un peu du militaire et se mirent de chaque cotés de la porte d'entrée à l'intérieur. Les deux autres qui avaient accompagnés le SDF restaient non loin de Tony au cas où. Tony fixa le militaire derrière un épais écran de fumée qui n'empêchait pas les deux regards de se croiser.

- Pourrais-je savoir ton identité soldat?
Revenir en haut Aller en bas
Luap

Luap

Masculin
Nombre de messages : 43
Age : 24
Date d'inscription : 30/05/2009

Feuille de personnage
Personnage: R. El Jugador
Caste: Punk

Un nouveau départ Empty
MessageSujet: Re: Un nouveau départ   Un nouveau départ EmptyJeu 11 Mar - 23:17

Une fois sortit du parc sordide et puant, El Jugador se dirigea tout droit vers son objectif : la tour ornée du nom de Tony Ice. Le jour commençait à pointer son ciel si différent de celui de la nuit, pour l’Espagnol, l’arrivée du jour avait une importance inestimable pour ce qui allait entreprendre. R. marcha longtemps dans une grande allée déserte, jonchée –comme l’autoroute de la veille, de voitures abandonnées qui avaient été vidées, détruites, occupées par toutes sortes d’énergumènes. Il tourna à la première occasion, et se trouva face à un imposant groupe de tour, il leva la tête afin d’estimer leurs hauteurs et s’engagea entre elles.
Entre chaque tour, étaient situés des espaces qui étaient verdoyants avant le début de la guerre, mais aujourd’hui parsemés de cratères causés par des explosions, de carcasses en tout genre et de douilles d’armes à feux. Malgré l’ambiance morbide, les habitants des tours s’étaient adapter : Dans son périple, El Jugador put constater que la prostitution, le deal, et le trafic d’armes étaient les activités professionnelles majeures dans cette partie de la Ville, mais il avait vus pire, il passa son chemin. Les cours entre les tours s’enchaînaient, El Jugador eu le loisir de constater que plus le jour approchait, plus de gens sortaient, souvent des enfants et des adolescents qui allaient vaquer à leurs occupations peux recommandables.
Des tours, des tours, des tours à perte de vue, plus R. évoluait dans cet environnement plus il comprit la haine des gangstas envers la plupart des gens : une partie de la population étaient autrefois forcée par manque de moyen de vivre dans ce district sinistre. El Jugadopr comprit que cette volonté d’enfermement de la classe sociale la plus « basse » de la population par l’état pouvait engendrer des violences et des tensions. Mais pour R., des gangstas restaient des gangstas. Il fut tiré de ses pensées sociologiques par un changement capital : La tour portant le nom de Ice se dressait non loin de là.

La tour était imposante par sa différence par rapport aux autres, en effet, elle était la seule de tour non destinée aux habitations dans le quartier, c’était ce type de tour qui devait autrefois contenir des employés de bureaux travaillants dans l’immobilier ou dans le commerce, elle était plus petite que la plupart des autres tours. R. évalua comme risquée l’idée de s’approcher trop près du bâtiment pour le moment, il préférait pour l’instant observer, il revint donc sur ses pas. Après une dizaine de minute de marche à vive allure, il trouva enfin une tour qui lui semblait propice à sa phase d’observation. Il s’agissait d’une tour grise destinée à l’habitation comme toutes les autres tours du secteur – hormis celle de Tony Ice, il franchit sa porte délabrée pour arriver dans un hall d’immeuble sinistre comme il pouvait en trouver dans les banlieues de son enfance, il se dirigea vers l’ascenseur recouvert de tags dont la porté était manquante, il entra dedans tenta d’appuyer sur le boutons menant au douzième et dernier étage, et comme il se doutait la cabine de fer ne se mit pas en mouvement. Il ressorti du cube et poussa la porte qui menait aux escaliers. La cage d’escalier était sale, elle empestait le sang, la sueur et l’urine, voir même la charogne, il commença à gravir les marches quatre à quatre aussi vite qu’il le put. L’escalier était désert, il entendait les bruits de voix, de cuisine ou même des fragments de conversations provenant des appartements encore occupés, et arriva au palier du huitième étage. En montant un peux plus haut, il tomba sur une bande de gangstas entrain de vendre des cachets de couleurs fluorescents (El Jugador reconnu deux types de drogues durs fréquentes depuis la fin de la guerre le Flipmastaz et le Walker), les gangstas a sa vue sortirent directement des armes et ouvrirent le feu. El Jugador fut plus rapide qu’eux et arriva à se reculer à temps pour se cacher dans un renfoncement du mur menant à la porte d’une habitation. R. avait envie de courir, il ne comptait pas rester tapis là, dans l’ombre éternellement, il tendit l’oreille : les weshs agressifs étaient entrain de recharger, il ne perdit pas une seconde et s’élança hors de sa cachette, il les enjamba en trois pas sans qu’ils aient vraiment le temps de comprendre qu’il venait de leurs passer sous le nez. R. courut dans les escaliers sans réfléchir et fut choqué lorsqu’il se trouva face à la porte d’accès au toit située au douzième étage, il la poussa et arriva sur le toit tant attendu.

Le toit en lui-même n’avait rien de formidable, mais la vue légèrement plongeante qu’il offrait sur la tour de Ice était parfaite, elle fit même apparaître un sourire de satisfaction aux coins des lèvres de l’Espagnol lorsqu’il se rendit compte que ses calculs étaient encore une fois parfaits. Il sortit ses jumelles, s’agenouilla au bords du toit, et se lança dans son observation : la tour semblait vide à bien des étages, R. put voir à certains étages des silhouettes de gangstas (reconnaissable à leurs baggys et leurs démarche) circuler dans le bâtiment, il ne découvrit rien de menaçant lors de ce premier temps, et il se doutait qu’il devait faire vite car un homme observant les alentours depuis un toit, ça faisait toujours bizarre, et SURTOUI pour un boss gangsta. El Jugador prit bien le temps d’observer toute la structure de la tour, les issues de secours, le nombre d’étage et tout ce genre de petits détails utiles à connaître lorsque l’on veut s’introduire, détruite, assiéger, ce genre d’édifice, et son regard se posa enfin sur la pièce circulaire se tenant au dernier étage.
Cette pièce semblait vaste, mais EL Jugador ne pouvait pas voir clairement à l’intérieur car une fumée épaisse sans doute due à une chicha ou à des cigares flottait dans la salle, il fit tout son possible pour se concentrer sur les silhouettes : il y avait une masse imposante avachie dans un cube qui devait être un fauteuil, face à lui, une silhouette maigrichonne était tenue fermement par deux gorilles qui devaient être des gardes, et dans le reste de la pièce, des silhouettes circulaient autour de table qui pouvaient aussi bien être des cartes en reliefs de la ville, des tables de billards, des plateaux de poker, ou même de table d’opération, qui savait ?
Il resta là un long moment avant que ce qu’il redoutait le plus arriva : il se fit repérer. Un faisceau rouge entra et sortit de son champs de vision, il recula d’un salto arrière et observa très vivement le faisceau : c’était le rayon d’un sniper provenant du dernier étage de la tour de Ice, il était dans une sacré merde.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Un nouveau départ Empty
MessageSujet: Re: Un nouveau départ   Un nouveau départ Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Un nouveau départ
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une lettre, une envie..un nouveau départ?
» Xyonne, nouveau départ, nouveau pandawa,nouvelle orientation
» Petite aide pour un nouveau Départ :D
» Un nouveau départ
» Sen.se : nouveau départ et/ou abandon du lapin ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Après la Fin | RPG |  :: La Ville :: La banlieue :: Les HLMs-
Sauter vers: